Sanctions contre l’Iran : l’Europe qui protège est un mythe dont il faut se défaire.

Communiqué de presse de Florian Philippot
Député français au Parlement européen,
Président des Patriotes.

 

Au moment de l’annonce du retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, l’Europe avait gonflé le torse et annoncé qu’elle allait « bloquer » les sanctions économiques américaines menaçant l’ensemble des entreprises européennes qui travaillent en Iran. Comme toujours, il ne s’agissait là que d’effets d’annonce en vue de masquer la faiblesse naturelle de l’Union européenne et la division inévitable de ses membres.

 

Ainsi, après Total, c’est aujourd’hui au tour de PSA d’annoncer son retrait prochain d’Iran, alors que ce pays constitue l’un de ses premiers marchés à l’étranger. Les unes après les autres, faute de soutien politique, les entreprises françaises s’en vont sous la pression des Etats-Unis.

 

Devant cette situation, il apparaît flagrant que l’Europe ne constitue en rien une protection pour les intérêts français, de même que l’euro n’a jamais été un contrepoids politique face au dollar américain. Contrairement à ce que claironnent les européistes en permanence, non seulement « l’Union » ne fait pas la force mais en l’espèce celle-ci nous empêche même d’agir intelligemment.

 

Ce que les Français doivent comprendre, c’est que si la France ne défend pas ses intérêts économiques et commerciaux elle-même, personne ne le fera à sa place. L’Europe est un concentré d’intérêts divergents condamnant notre pays à subir.

 

Il est plus nécessaire que jamais de retrouver la maîtrise de nos accords commerciaux, de notre monnaie et de notre politique économique au sens large, afin de pouvoir défendre au mieux les intérêts des entreprises françaises à l’étranger. Faute de quoi, nous devrons nous contenter du spectacle désolant d’un président Macron qui se couche devant les desiderata américains, sans volonté ni capacité d’agir.