Projet de loi Asile/Immigration : concours de comédie de tous les côtés.

Communiqué de presse de Florian Philippot
Député français au Parlement européen,
Président des Patriotes.
 

 

Le projet de loi Asile et Immigration présenté ce jour en Conseil des ministres est l’occasion d’un grand numéro de théâtre, dont la vie politique française a le secret, où chacun surjoue son rôle : le gouvernement celui de la fermeté et les associations de soutien aux migrants celui de l’indignation.

 

Pourtant, rien dans ce projet de loi n’est de nature à changer quoi que ce soit à la situation globale de l’immigration en France, ni dans un sens ni dans un autre. Celle-ci restera massive et très largement hors du contrôle du gouvernement français, du fait des obligations de l’Union européenne, de Schengen et de la soumission de notre pays aux décisions de cours de justice supranationales comme la CEDH.

 

Concernant les demandes d’asile (qui ont atteint les 100 000 l’année dernière), le gouvernement peut bien réduire le délais au cours duquel un clandestin peut déposer sa demande et étendre la durée de rétention administrative, cela ne changera rien à l’embolie de notre système d’accueil des demandeurs d’asile, sous-doté en moyens, matériels et effectifs. Quant à l’effectivité des reconduites à la frontière des déboutés du droit d’asile, proche de 0 %, aucune mesure concrète dans ce projet de loi ne permet de penser que celle-ci sera améliorée.

 

Par ailleurs, il faut rappeler que ce projet de loi contient de nombreuses mesures facilitant l’immigration régulière : allongement de certains titres de séjour, extension des conditions du regroupement familial, etc. En conséquence, c’est bien un projet de loi globalement laxiste qui est présenté par le gouvernement, dans la continuité des précédentes réformes dont on voit bien, au vu des chiffres de l’immigration légale et illégale, qu’elle n’ont été que cosmétiques.

 

De manière générale, aucune politique migratoire ne peut être efficace sans maîtrise de nos frontières et sans la pleine souveraineté de notre législation. La réduction drastique de l’immigration massive en France est à ces conditions. C’est tout le sens du projet politique des Patriotes (avec le Frexit) qui entendent également mettre au premier plan une politique de co-développement avec les pays d’origine des populations migrantes.