Communiqués

Prisons : le gouvernement ordonne des sanctions contre les agents grévistes faute de réponse politique à la hauteur des enjeux.

Communiqué de presse de Florian Philippot
Député français au Parlement européen,
Président des Patriotes.

 

L’aveu de faiblesse du gouvernement est terrible. En demandant aux directeurs de prison de mettre en œuvre des sanctions contre les agents grévistes, le gouvernement tente d’étouffer le mouvement social qui secoue les prisons françaises, faute de réponse politique à la hauteur des enjeux.

 

Certes, les agents de la pénitentiaire n’ont pas le droit de grève mais ces sanctions sont d’un mépris et d’une brutalité symbolique rares quand on sait les conditions de travail épouvantables qui sont celles des agents de la pénitentiaire aujourd’hui, et qui légitiment totalement ce mouvement exceptionnel de protestation.

 

En choisissant la sanction plutôt que la discussion, la ministre de la Justice envoie des signaux de plus en plus inquiétants sur son incapacité à résoudre la crise.

 

Il n’y a pourtant pas matière à tergiverser. Ce que les agents de la pénitentiaire demandent, toute la société le demande : plus de places de prisons, plus de moyens humains et plus de moyens matériels pour assurer la sécurité des agents et des détenus.

 

Les Patriotes réaffirment leur soutien sans faille aux agents de la pénitentiaire, y compris à ceux qui prennent des risques et s’exposent à des sanctions en faisant grève. L’inhumanité et la surdité du gouvernement ne sont plus tolérables.