Avec le président turc Erdogan, le dialogue doit être franc et sans concession

Communiqué de presse de Bertrand Dutheil de La Rochère

Référent national Les Patriotes à la Politique étrangère,
Conseiller régional d’Île-de-France.

 

Que le Président de la République française reçoive le Président de la République de Turquie malgré sa dérive dictatoriale, rien de plus normal : la France reconnaît des États, et non des régimes. Mais le maintien de bonnes relations diplomatiques nécessite un langage de vérité, quels que soient les termes employés.

 

Le président Emmanuel Macron doit rappeler au président Erdoğan que la Turquie n’appartient pas au continent européen, sans que cette réalité géographique et historique doive nuire aux bons rapports que nos deux pays entretiennent depuis François 1er et Soliman le Magnifique. Par ailleurs, le discours prononcé à Strasbourg en octobre 2015 ne peut être oublié : il faut donc lui souligner que les anciens ressortissants turcs qui ont pris la nationalité française sont des Français et que les responsables turcs doivent s’abstenir de leur demander d’agir en fonction de leurs origines. Enfin, il convient de l’inciter à régler, selon les principes du droit international, la question du nord de Chypre, occupé illégalement par la Turquie depuis plus de quarante ans.

 

Les Patriotes veulent que la France dialogue avec tous les pays du monde dans le respect de la souveraineté de chaque nation et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Le droit d’ingérence n’est qu’une couverture idéologique pour permettre au plus fort de se mêler des affaires du plus faible. Néanmoins, la recherche de la paix doit conduire à aborder franchement les dossiers délicats.