Politique migratoire : Macron refuse les frontières nationales et réactive la machine à enfumer.

Communiqué de presse de Florian Philippot
Député français au Parlement européen,
Président des Patriotes.

 

En se rendant aujourd’hui à Calais avec son ministre de l’Intérieur, Emmanuel Macron s’inscrit dans les pas de Nicolas Sarkozy et reproduit, à grand renfort de communication, une énième opération d’enfumage dont les Français sont las.

 

En réalité, Emmanuel Macron n’a aucune intention de mettre en œuvre une politique de lutte conte l’immigration massive, au contraire. L’on sait déjà que le projet de loi qui sera présenté le mois prochain contiendra un certain nombre de mesures visant à amplifier une politique migratoire laxiste, avec notamment le rallongement de la durée des titres de séjour et l’extension des droits au regroupement familial. Dans ce contexte, les cris d’orfraie d’une partie de la gauche sont du pain béni pour le président Macron qui passe ainsi pour le dur qu’il n’est pas.

 

Quant à la question des frontières, premier instrument de toute politique migratoire, elle est totalement absente du champ de vision de l’exécutif. Aucune remise en cause de Schengen ni des principes de libre-circulation inscrits dans les Traités européens ne sont à l’ordre du jour. Or, sans frontière nationale, il est tout bonnement impossible de maîtriser sa politique migratoire.

 

En conséquence, Emmanuel Macron, comme ses prédécesseurs, ne fera que se payer de mots pendant cinq ans sur cette question des plus urgentes et Calais ne sera que le théâtre habituel des opérations de communication du gouvernement.

 

Les Patriotes cesseront l’enfumage permanent en agissant concrètement pour rétablir l’autorité de l’Etat en matière migratoire.