Néonicotinoïdes : le thiaclopride serait dangereux pour la santé humaine !

Communiqué de presse de Mireille d’Ornano

Référente nationale à l’Ecologie,
Députée française au Parlement européen.

 

Les néonicotinoïdes étaient déjà considérés comme des pesticides tueurs d’abeilles, risquant de détruire, à terme, la biodiversité.
 

On apprend aujourd’hui, après publication d’un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation et de l’environnement (ANSES), que le thiaclopride, pesticide largement utilisé pour traiter les cultures de colza ou de pommes de terre, serait « susceptible de provoquer le cancer » chez l’homme.
 

Ces résultats confirment, s’il en était besoin, la nécessité de bannir au plus vite, en application du principe de précaution, l’ensemble des néonicotinoïdes.

 

Jusqu’alors, l’absence d’interdiction générale de ces substances continue de faire courir d’importants risques pour la biodiversité et, concernant le thiaclopride, pour la santé humaine.
 

J’ai déposé la semaine dernière au Parlement européen un amendement proposant l’interdiction, sans délai ni dérogation, de l’ensemble des néonicotinoïdes. Cet amendement a reçu un soutien conséquent (216 voix) mais n’a pas recueilli la majorité des votes nécessaires. À la lumière de cette actualité, le rejet de cet amendement est particulièrement regrettable.
 

Les Patriotes restent déterminés à placer la protection de l’environnement et de la santé publique au-dessus des intérêts privés et continuent à mener le combat contre l’ensemble des pesticides dangereux, qu’il s’agisse du glyphosate ou des néonicotinoïdes. Ils appellent à une sortie de la France de l’Union européenne, seule manière de prendre les bonnes décisions qu’attendent nos compatriotes.