Communiqués

Mayotte : un accord qui ne résoudra rien.

Communiqué de presse de Florian Philippot
Député français au Parlement européen,
Président des Patriotes.

 

L’accord annoncé par le gouvernement et approuvé par les principaux collectifs de l’île, en vue de sortir Mayotte de la crise, nous laisse dans la plus grande perplexité et nous pousse à nous interroger sur ce qui a pu être proposé aux représentants syndicaux et élus qui l’ont négocié.

 

En effet, selon les termes mêmes de la ministre des Outre-Mer, Annick Girardin, il n’est jamais question dans cet accord que de « pérennisation » et de « réorganisation » des moyens existants, notamment en matière de sécurité, mais rien qui permette de rétablir durablement l’ordre républicain et la tranquillité publique sur l’île.

 

Les quelques effectifs supplémentaires annoncés, que ce soit dans la police ou la gendarmerie, se comptent en petites dizaines d’agents qui, pour la plupart, n’arriveront pas avant 2019.

 

Sur le volet de la lutte contre l’immigration clandestine, l’absence de proposition crédible est plus inquiétante encore. Aucune mesure juridique de nature à couper les appels d’air n’a été annoncée. Rien sur une réforme du droit du sol sur l’île ; rien sur le renvoi nécessaire des clandestins dont le nombre, à Mayotte plus qu’ailleurs, pose des problèmes considérables.

 

La piste d’une extraterritorialité de la maternité de Mamoudzou est quant à elle aussi ridicule politiquement qu’impraticable juridiquement, voire dangereuse d’un point de vue humanitaire si la conséquence en est des accouchements ailleurs sur l’île, hors de tout cadre médical. En la matière, il n’y a pas d’autre mesure dissuasive que de remettre en cause le droit du sol à Mayotte dans sa globalité et de mettre fin à l’acquisition automatique de la nationalité sur la base du seul lieu de naissance (après cinq ans de résidence).

  

Les Patriotes considèrent que cet accord ne résoudra donc rien et qu’il est même, pour cette raison, totalement irresponsable. Le gouvernement s’est acheté quelques semaines de répit qu’il risque de payer beaucoup plus cher le jour où la situation explosera.