Le gouvernement est en train de renier la promesse de Macron d’interdire le glyphosate.

Communiqué de presse de Florian Philippot
Député français au Parlement européen,
Président des Patriotes.

 

L’Assemblée nationale vient de refuser de voter un amendement déposé par la majorité pour inscrire dans la loi l’interdiction du glyphosate en 2021. Il s’agit ni plus ni moins d’un refus de tenir la parole de Macron qui avait promis en novembre 2017 d’interdire le glyphosate en France « au plus tard dans trois ans » selon ses propres termes.

 

Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement a expliqué qu’« inscrire dans la loi les choses, c’est formidable, mais ce n’est pas la garantie que ça arrive ». Le gouvernement semble bien être à la manœuvre pour renier pas à pas la promesse de Macron.

 

Cela n’a rien d’étonnant quand on sait que la Commissaire européenne au commerce Cécilia Malmström a expliqué il y a un mois que la France n’a pas le droit d’interdire le glyphosate.

 

Oui, l’Union Européenne empêche la France d’interdire un simple pesticide, ainsi que de se protéger contre les importations de produits glyphosatés au nom du marché intérieur !

 

Cette interdiction dans les trois ans d’un pesticide cancérigène probable est pourtant possible et éminemment souhaitable, tant pour la santé des consommateurs que des agriculteurs. Les Patriotes sont clairement pour.

 

Mais elle nécessite à la fois une date claire d’interdiction donnée à l’avance pour que nos agriculteurs aient le temps de se préparer. Elle nécessite aussi d’interdire la vente des produits glyphosatés importés dans nos étals pour protéger nos agriculteurs d’une concurrence déloyale et aussi pour que la protection de la santé des consommateurs soit réelle.

 

Ce projet, comme tant de projets collectifs que nous pourrions faire ensemble, est interdit par notre appartenance à l’Union Européenne. C’est une raison fondamentale pour faire enfin advenir le Frexit.