Édouard Philippe ne doit pas abandonner le Grand Paris Express

Communiqué de presse de Bertrand Dutheil de La Rochère et Joffrey Bollée
Conseillers régionaux d’Île-de-France

 

Le Grand Paris Express est une bonne idée. Il faut des liaisons de banlieue à banlieue pour désengorger le centre de l’agglomération. Le Premier Ministre se livre actuellement à des concertations sur ce dossier. Il s’est rendu hier sur un des chantiers à Champigny. Tout cela annonce quelque atermoiement. L’abandon du projet d’exposition universelle pourrait être une préfiguration. Il est vrai que le coût de ce projet a pris des perspectives inquiétantes. Estimé à 22 milliards d’euros en 2010, il a été réévalué à 26 milliards début 2017, et la Cour des Comptes a récemment annoncé 35 milliards d’euros.

 

Que se passe-t-il ? Depuis bientôt dix ans, les gouvernements successifs ont laissé se multiplier les instances tant politiques que techniques. Que de temps perdu ! Que d’argent public gaspillé ! Un tel projet ne peut avoir qu’un seul responsable : l’État (c’est la région capitale), et un seul opérateur : la RATP (c’est son métier). Devant l’ampleur de la tâche, les collectivités locales, y compris la région et la « métropole », les associations et autre comité d’organisation des jeux olympiques ne peuvent avoir qu’un avis consultatif.

 

Les Patriotes demandent au gouvernement de prendre ses responsabilités. La France a besoin de grands projets. Le Grand Paris Express en est un. Il doit être achevé dans les délais. Puis, une simplification de l’administration de la région capitale doit être mise en œuvre sans tarder dans le respect du triptyque républicain État/département/commune. Il doit aussi avoir l’intelligence de remettre en œuvre une grande politique d’aménagement du territoire pour soulager l’hypertrophie parisienne. Il est vrai que cette dernière irait à l’encontre des lubies européistes.