Enseignement professionnel – la revalorisation ne passe pas par les régions

Communiqué de presse d’Alain Avello
Président de Racine – les enseignants patriotes
Référent national Les Patriotes à l’Ecole

 

Jean-Michel Blanquer n’a pas lésiné sur la mise en scène, allant jusqu’à se faire photographier dans un tractopelle, en pleine cour du ministère, pour présenter sa réforme de la voie professionnelle. Bien au fait de surcroît de ce que celle-ci souffre d’un lourd déficit d’image, il se montre également prodigue en mesures visant à la revaloriser.

Ainsi a-t-il notamment annoncé, que le Bac professionnel comprendra désormais un oral au cours duquel l’élève présentera le chef-d’œuvre qu’il aura réalisé durant l’année, la finalité affichée étant de «cultiver la fierté» ; ou encore la création de « campus des métiers nouvelle génération » voués à devenir des pôles d’excellence technique et professionnelle.

L’insistance du ministre sur ces « campus » est révélatrice à un double titre : brandi tel un sésame et une panacée, alors qu’il en existe déjà 78 et que leur efficacité reste à démontrer, cela confirme les effets d’annonce qu’il excelle à produire ; mais, surtout, cela souligne l’intention de se défausser sur les régions, auxquelles reviendra à n’en pas douter de financer ces dispositifs.

D’ailleurs, la perspective assumée des mesures envisagées est-elle de combler l’écart entre l’enseignement professionnel et la formation professionnelle non-scolaire, préalable d’un transfert aux régions des compétences en matière de formation initiale sous statut scolaire, et moyen de revoir à la baisse la formation initiale, ce qui favorisera l’ « employabilité » flexible, c’est-à-dire précaire, en répondant aux besoins immédiats et transitoires de l’économie locale.

Nul étonnement de ce fait à ce que cette réforme de l’enseignement professionnel se paie par une réduction de la durée du cursus, par une baisse prévisible des horaires alloués aux enseignements fondamentaux (16% d’heures de mathématiques en moins, et 13% en lettres-histoire sur trois ans, selon les estimations), le tout permettant la suppression de près de 5 000 postes d’enseignants, selon nos calculs.

Si, aux Patriotes, nous sommes convaincus que l’enseignement professionnel souffre principalement d’une profonde dévalorisation et qu’il doit mieux garantir l’insertion dans la vie active, nous ne pensons pas que sa revalorisation puisse passer par les régions ni par une subordination de l’offre de formation aux besoins de l’économie locale.

C’est au contraire à un Etat-stratège qu’il doit revenir de mener une véritable politique de formation professionnelle, sous statut scolaire tout particulièrement, allant dans le sens de l’intérêt individuel de chaque jeune en formation, future salarié, et dans l’intérêt collectif de l’économie nationale.

Notre-Dame-des-Landes : l’ordre républicain enfin restauré

Communiqué de presse d’Alain Avello
Conseiller régional des Pays de la Loire
Référent Les Patriotes Loire-Atlantique/Pays de la Loire

 

 

Le 17 janvier dernier, le gouvernement annonçait l’évacuation prochaine de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Celle-ci a enfin débuté hier à l’aube, commençant à dissoudre cette zone de non-droit  qui, en plein cœur de notre département, défiait depuis 2009 la légalité et l’ordre républicain.

 

Les Patriotes de Loire-Atlantique ne peuvent qu’accueillir des plus favorablement cette action qu’ils appelaient résolument de leurs vœux. Ils regrettent simplement qu’elle intervienne aussi tardivement, après tant de tergiversations, de reculs et de lâchetés de la part des gouvernements successifs, de gauche comme de droite, responsables du pourrissement de la situation.

 

Tout dans ce dossier constitue un incroyable gâchis du fait de la pusillanimité des pouvoirs publics. Et leur incapacité à décider et agir, outre qu’en découlent des mécontentements multiples, a laissé prospérer, parmi les « zadistes », des éléments radicaux coupables d’actes de violence et de destruction lors de plusieurs manifestations à Nantes, en particulier.

 

C’est à ces milices anarchisantes et ultraviolentes, bien décidées à tenir leurs positions, que les forces de gendarmerie sont surtout confrontées. Et nous n’oublions pas qu’un gendarme a été blessé hier. Nous assurons donc les forces de l’ordre, chargées de restaurer l’Etat de droit, de notre plus entier soutien : elles servent la République, quand ses dirigeants ont consenti à ce qu’elle recule.

L’Ecole de la République doit être à la hauteur du sacrifice de nos héros !

Communiqué de presse d’Alain Avello
Référent national à l’Ecole – Les Patriotes
Président de Racine – Les enseignants patriotes

 

Alors que la France, notre patrie, venait d’être une nouvelle fois frappée au cœur par la barbarie islamiste et que la perspective d’un Hommage national pour les victimes, et tout particulièrement pour le Lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, mort en héros, allait de soi, j’appelais le ministre de l’Education nationale à organiser dans la semaine un moment de recueillement dans tous les établissements scolaires.

 

Or, aucune instruction officielle ne semble, jusqu’à présent, avoir été donnée dans ce sens.

 

Ce n’est certes pas, pourtant, en reculant a priori face aux possibles débordements de l’inassimilation que l’Ecole de la République parviendra à nouveau à assimiler chaque enfant et chaque jeune à la nation, l’une de ses missions essentielles. Mais, dans une République intransigeante quant au respect de ses valeurs, en assurant leur transmission et celle du savoir qui émancipe des obscurantismes, et en célébrant ses héros, modèles de courage, de dévouement et d’abnégation.

 

Au nom du mouvement Les Patriotes, je réitère donc la demande adressée au ministre Blanquer : Monsieur le ministre, il vous appartient, c’est l’évidence, d’organiser l’Hommage national au gendarme Arnaud Beltrame dans tous les établissements scolaires de France !